Chafouin

Dimensions :

H.80/ L.60 cm circonférence 90 cm

Technique :

Coutures, assemblages, broderies, rembourrages

 Année 2014

Il a un air de Don Quichotte, un peu espiègle, un peu canaille, un sourire que je n’oublie pas. Le chat d’Alice au Pays des merveilles, les dents du félin dans l’arbre, je m’en souviens.
Pourquoi avoir construit ce chat et cette chatte sur un même corps avec un petit agrippé au ventre. C’est l’air du temps…

Chafouin3Lire ce petit texte de Didier Pourquery, journaliste au journal Le Monde, publié le 04/11/2014 :

« Chafouin (…) Pas question d’en expliquer le glissement de sens par l’étymologie. La fouine a-t-elle un air grognon ? Non. Le chafouin, son mari, a-t-il une tête de grincheux ? Assez peu. Le nouveau sens viendrait plutôt du joli son que fait chafouin quand on le prononce et tous les autres mots qu’il convoque à sa suite.

« Chagrin » bien évidement, en premier lieu. Être d’une humeur chagrine ne se dit plus guère (et c’est dommage), mais le « ch » de chagrin évoque cela, peut-être ; bougon, bourru, maussade. Le « ch » fait penser à chiffon aussi. Etre chiffon est le raccourci d’être chiffonné, comme lorsque quelque chose tracasse (« ce qui me chiffonne dans cette histoire… ») ou quand quelqu’un nous froisse. Les plis de mécontentement sur notre visage expriment la mauvaise humeur. « Ouh la la, j’te sens chiffon, là… » Ou chafouin. Ou fâché. Ces mots sonnent comme une feuille de papier que l’on froisse (chfff…), qu’on met en boule. « Oh, moi, ça me met en boule, ce truc. » Tout juste.

Le « ch » de chafouin est également celui du grincheux et du ronchon. J’entends souvent ça, dans le métro : « ah, bah, t’es chonchon ce matin, toi ! » On est là à la limite du langage enfantin, mais les potes du métro du matin sont un peu cela ; nous régressons allégrement tous ensemble. Encore un peu dans la chaleur du sommeil. Ce sont des mots du réveil.Le chanteur doux et doué Alexis HK a sorti en 2010 un album pour enfants intitulé Ronchonchon et compagnie, dans lequel on peut entendre cette drôle de chanson au refrain inoubliable qui commence ainsi : « T’es ronchonchon, toi, t’es ronchonchon/Toi t’es fâché, toi t’es grincheux, toi t’es ronchon/Si t’es chafouin fais attention/Ou je t’emmène dans la maison des Ronchonchon. »Le genre d’air qui vous trotte dans la tête toute la journée… et dont les paroles résument on ne peut mieux cette chronique en « ch ».

Son nouveau sens viendrait du joli son que fait chafouin quand on le prononce et tous les autres mots qu’il convoque à sa suite. ‘Chagrin’ bien évidemment. Chiffon aussi. Ou fâché. Ces mots sonnent comme une feuille de papier que l’on froisse (chfff…). »

Chafouin2 Chafouin4 regards sur l'art contemporain en Alsace 2014

Pièce exposée lors de l’exposition Regards sur l’art contemporain en Alsace – Voir le dossier presse et photo >

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer