La Faucheuse

La FaucheuseTitre :

La Faucheuse
Année 2015-2016

Dimensions :

Personnage : H.130 x L.70 cm – Tête de cheval : H.45 x L.75 cm

Technique :

Sculpture textile, broderies et patchwork.

En construisant ma pièce pour l’exposition Animalité, je pensais à l’œuvre d’Arnold Böcklin intitulée La Peste (1898) et à celle du Douanier Rousseau, La Guerre (1894). Dans La Peste, la mort incarne ce fléau. Un squelette chevauche un oiseau monstrueux parcourant les rues d’une ville abandonnée. Dans La Guerre, un cheval noir, sauvage et hérissé, représente la force brutale de la guerre. Sur son dos, la femme armée, laide et sauvage, suggère que la guerre apporte la primitivité. Le bas du tableau montre les effets de la guerre : des cadavres qui sont la pâture de corbeaux. Les arbres nus et les branches cassées créent un paysage de désolation. La composition est pyramidale, avec les cadavres à la base, et le cheval et la femme au-dessus.

L’animalité est pour moi quelque chose de débordant, au-delà ou en deçà, de l’humain, de dégoulinant.

La sculpture que j’ai proposée pour l’exposition Animalité est une méduse sur sa monture. Sa tête est ornée de serpents vivants qu’elle dévore tout en chevauchant son Pégase. C’est l’histoire sans fin de cette violence qui accompagne notre quotidien, l’Ouroboros ?

Pièce créée pour l’exposition collective Animalité à la Galerie Art’Course à Strasbourg, avril 2016

 

La Faucheuse La Faucheuse La Faucheuse
La Faucheuse La Faucheuse

 

Enregistrer